30-08-2013

La municipalité de Péaule privilégie le fait maison


Pour un investissement de 1,5 million d'euros, la mairie de Péaule, dans le Morbihan, s'est dotée d'un complexe associant restaurant scolaire et accueil périscolaire, un équipement dont elle a intégré la gestion.


Comptant à peine 3 000 habitants, la commune de Péaule a récemment fêté le premier anniversaire d'un complexe associant un restaurant scolaire et un espace d'accueil périscolaire. « Il fallait reprendre en main le comité de cantine, une structure associative qui assurait la fabrication des repas scolaires avec peu de moyens et des locaux souffrant de vétusté », se souvient Aline Ledoux, qui a été engagée par la municipalité de Péaule pour mener à bien le projet dès l'origine. « Après concertation auprès des différents acteurs locaux, nous avons préféré continuer à proposer des repas confectionnés sur place en les plaçant sous régie municipale plutôt que de les acheter auprès d'une société de restauration ».

 

Une réorganisation nécessaire

En 2011, les associations gérant les garderies des deux écoles de la commune demandent à être reprises en main par la maire dans le cadre du nouvel équipement, dont l'investissement s'élève à 1,5 million d'euros. « Le terrain de ces locaux qui couvrent une surface de 200 m2 a été choisi judicieusement, à mi-distance entre les deux établissements », fait valoir Christian Droual, le maire de Péaule. Il a fallu également reprendre le personnel des associations au sein des effectifs municipaux, en contrepartie d'une importante réorganisation administrative pour un service dont le budget global atteint désormais 356 000 euros.

Afin de compléter le dispositif, il a fallu mettre en place un règlement de service, ainsi qu'un plan d'équilibre alimentaire avec l'élaboration des menus une fois par mois. La commune adhère au groupement d'achats lorientais Agora Services pour limiter le coût des denrées : le ticket moyen se situe à 1,10 euro, avec un prix repas fixé à 3,10 euros. « Le restaurant peut fonctionner au rythme de 200 couverts par jour, répartis sur deux services », précise Sylvie Corlay, la responsable de la cuisine scolaire.

 

Ergonomie et autonomie

Fonctionnant 5 jours sur 7, avec seulement une vingtaine d'enfants le mercredi, la cuisine est aussi mise à contribution pour une quarantaine d'enfants lors de l'accueil du matin (petit-déjeuner) et du soir (goûter). Avec l'appui d'une autre cuisinière et d'une employée au service, Sylvie Corlay s'est facilement adaptée à son nouvel environnement de travail.

« Coincées auparavant dans une pièce exiguë avec du vieux matériel, nous disposons maintenant du nec plus ultra en termes d'espace et d'ergonomie », insiste la responsable qui a bénéficié d'une formation avec Thirode, le principal fournisseur de matériel : marmite bain-marie, four mixte électrique, friteuse et bloc gaz, armoires froides (négative et positive), armoire à chariot mais aussi meuble self réfrigéré. « Nous faisions auparavant tout le service à l'assiette, maintenant les enfants sont plus autonomes », se réjouit Sylvie Corlay, qui veille régulièrement à ce qu'il ne reste plus rien dans les assiettes. C'est le meilleur signe pour continuer à travailler des plats simples et traditionnels.

 

Bertrand Tardiveau


NEWSLETTER LeChef.com

Restez informé des dernières actualités !


Se connecter

>> Accès abonnés :

Mot de passe oublié ?

>> Inscription :

Sélectionnez votre installateur de cuisine professionnel