26-03-2013

Un outil pour faciliter le travail au quotidien


Maison de retraite

 

La maison de retraite Les Minimes à Bourg-de-Péage, dans la Drôme, réalise 280 repas par jour pour les résidents, leurs invités et le personnel. Parmi les déclinaisons de repas, les mixés et les hachés sont fabriqués maison. Depuis 2009, cet établissement s’appuie sur la base de données Aidomenu.


La maison de retraite Les Minimes située à Bourg-de-Péage est gérée par l’association Les Minimes, à but non lucratif. Cet EHPAD accueille 133 résidents répartis dans deux bâtiments et la moyenne d'âge s’élève à 82 ans. En cuisine, les quatre agents fabriquent 280 repas/jour destinés aux résidents, à leurs invités et aux personnels. Les menus sont établis par saison, pour quatre semaines par Chantal Tanchon, responsable hébergement-économat, et une diététicienne extérieure. L’équipe propose une cuisine traditionnelle dans un esprit familial et avec respect du GEMRCN. « Les plats préférés des résidents sont la charcuterie, les caillettes chaudes, l’agneau en sauté, épaule ou tajine, la choucroute et les frites », indique Chantal Tanchon.

 

Les menus « terroir » plaisent

Tous les deux mois, elle participe à la Commission repas avec la diététicienne, l’infirmière référente, l’aide soignante, deux agents de service et des représentants de résidents : « Il est essentiel de rester à l’écoute des satisfaits et des mécontents qui sont moins de cinq, parmi les résidents. Par conséquent, nous pouvons considérer que la prestation culinaire répond aux attentes. Il faut toutefois maintenir le cap, afin que le temps du repas demeure un moment très attendu ». Des repas à thème sont prévus trois fois par an : au printemps, en été et à Noël. « Les menus terroir, axés sur les régions de France, plaisent davantage que les menus par pays. L’été, le barbecue au feu de bois remporte un vif succès », poursuit la responsable hébergement-économat.

 

De réels atouts de gestion

Depuis 2009, cette maison de retraite s'appuie sur la base de données Aidomenu. « Ce logiciel permet d’utiliser l’intégralité des recettes de la société Vici et d’en modifier certaines, en fonction des goûts des résidents, mais aussi de rentrer nos propres recettes avec ingrédients, quantité, prix », souligne Chantal Tanchon. Grâce à Aidomenu, elle obtient facilement le coût de revient journalier, les grammages exacts, les apports caloriques, des informations sur les produits des fournisseurs référencés SARA (provenance, unité de conditionnement, tarifs…).

 

Vérifier aussi le stock en zone économat

Ce logiciel lui permet, en outre, de passer les commandes de façon « semi-automatique », de faire les sorties d’économat hebdomadaires, d’éditer les bons d’économat, de réceptionner la marchandise par fournisseur… Les ajustements sont possibles : par exemple, si elle souhaite rajouter un ingrédient à une commande ou un nouveau produit, il lui suffit d’appeler le fournisseur avant le mercredi midi. « Malgré la pertinence de cet outil de travail, je me rends chaque semaine dans la zone économat pour vérifier si le stock réel correspond bien aux données sur ordinateur », pour une gestion la plus rigoureuse possible.

 

En bref

 

• Menu type : deux entrées dont un potage, un plat chaud et son accompagnement, fromage, dessert (fruits de saison, compotes, pâtisserie 1 à 2 fois par semaine…)

• Déclinaisons pour 70 résidents : repas mixés, hachés, semi-liquides, régimes hypocaloriques

• Coût d’une journée alimentaire : 4,70 euros

• 40 % de produits frais et 60 % de surgelés

• Fournisseurs locaux : charcuterie (Romans Salaison Bancel à Mours), fruits et pain (Bourg de Péage), café (BDA à Valence)

 

Christel Reynaud


NEWSLETTER LeChef.com

Restez informé des dernières actualités !


Se connecter

>> Accès abonnés :

Mot de passe oublié ?

>> Inscription :

Sélectionnez votre installateur de cuisine professionnel